Ça c’é passé au boutte de l\'île

1 appréciations
Hors-ligne
Ça c’é passé au boutte de l'île
pour Lise


Ouanye, ça c’é passé à Pouinte-aux-Trembles. Vous connaissez pas Pouinte-aux-Trembles ? Bin, c’é au boutte de l'île de Môtréal, dans l'esse complètement, là où ça sentait souvent les oeufs pourris à cause dés usines, dés raffineries d'pétrole comme qu'y disent maintenant. Jusse avant l'Expo pis eul'métro, en soixante-cinq. Pis Pouinte-aux-Trembles dans l'temps, c'tait un peu comme eul'Québec, sauf qu'y avait un peu plus d'Anglâs que normal, vu qu'on était presqu'à Môtréal même. Ça prenait yin que deux heures en autobus pour s'rendre au centre-ville de Môtréal. La plussepart dés Anglâs au Québec, y vivent à Môtréal, comme que vous savez. Pis c'tait ben commode que d'parler Anglâs pour lés jobs, vu qu'lés usines, ça appartenait aux Amaricains ça, pis qu'eux aut'es les boss y parlaient yin qu'en Anglâs. À Pouinte-aux-Trembles, y'avait aussi quêques Italiens, y'en é v'nu pas mal après la guerre, apparence, mé j'tais pas v'nu au monde encore. Pis un Chinouès ou deux, ché pas combien, t'sé une coupe, vu qu'c'tait pas toujours eul'même qui v'nait livrer lés egg rolls pis lés spare ribs pis eul'riz frit. Mé c'tait pas clair ça, vu qu'on feusait pas v'nir du chinouès bin bin souvent à maison, vu que c'tait cher. Dés Nouères ? Lés seuls Nèg's qu'on voyait, c'tait ceusses à tévé dins programmes amaricains pis dins vues amaricaines. Dés Nèg's en chair et en os, bin surtout en os han? pas trop en chair là! héhé!, c't'à l'Expo qu'j'en ai vu pour la première fouas, jusse deux ans plus târd, mé en masse ! Ah s'cusez ! Faut pas dire Nèg's han?, faut dire Nouères ! C’é vrai maintenant, mé dans l'temps c'é ça qu'on disait, pis ça voulait pas dire mieux ou pire que Canayens-Françâs ou Québécouais comme qu'on dit aussi maintenant, c'tait jusse pour dire que c'tait eux-aut'es pis pas dés Blancs. Y'en avait même pas dins alentours de toutes façons. T'sé, dans l'temps, on s'en rendait même pas compte pis on parlait tout croche. Bin, on s'é quand même emmieutés depuis. On dit quasiment pus Blokes pour dire Anglâs.

Pis là j'vas lâché la sorciologie, comme qu'y disent, pis j'vas eurtourné à mon histouère sinon bin j'la finirai jamas.

Donc, ça c’é passé à Pouinte-aux-Trembles, en soixante-cinq, en été. L'important de s'rapp'ler, c’é qu'nous aut'es lés Françâs on étaient plus que n'importe qui d'aut'e mé qu'y avait quand même assez d'Anglâs pour qu'on en rencont'e de temps en temps. Pis c'tait ça eul'problème vu qu'à chaque fois qu'y nous voyaient, les 'tits Blokes, y nous pitchaient dés roches, fa qu'on avait pas d'aut'e choix que d'leux pitcher dés roches nous aut'es a'ec. Sauf qu'y en avait une gagne d'nous aut'es qu'étaient pissous ou qu'y aimaient pas ça pitcher dés roches, même qu'y en avait qu'leux mêre leux avait dit de pas en pitcher, pis y'eurviraient de bord drette là quand les roches commençaient à r'voler. Ça fa qu'on pardait l'avantage tu suite. Dés fouas, les Blokes y'attendaient même pas qu'on souèyent là pour en pitcher, y'en pitchaient su' nos bâtisses. La vieille église de Pouinte-aux-Trembles é même pleine de roches dans sés murs à cause dés Anglâs. Toutes les murs en roche, c't'a cause dés Blokes. Bin, entécas, c’é c'que mon pêre disait.

Un jour, y'ont trouvé un 'tit gârs mort d'avouère eurçu une roche en plein front. C'tait près du 'tit quai dés eurmorqueurs, au bord du fleuve, là ousse qu'y eurtankaient. Ent'le quai pis la rue pavée en asphalte, y'avait un boutte en garnottes ça fa qu'c’é pas les roches qui manquaient. Ç'a même fait la fronte du Hournal de Môtréal, mé y disaient pas grand chose en d'dans de la gâzette, y disaient même pas son nom au 'tit gârs ça fa qu'on savait même pas si c'tait un Françâs ou un Anglâs, jusse qu'la police enquêtait là-d'sus mé qu'à l'avait pas d'indice. Ça nous feusait bin rire vu qu'la police à Pouinte-aux-Trembles, c'tait deux chars de police pis une ambulance pis les beux pour lés chauffer plus le cheuf de police. Y'avait comme quasiment jamas de crimes à Pouinte-aux-Trembles, pis que les fouas qu'y en avait, on en entendait parler quand c'tait découvert pis ensuite pus jamas.

Sauf que c'te fouas-là, y'a un racontar qu'y a tourné pis eurtourné en s'boustant à chaque tour dans toute Pouinte-aux-Trembles comme quoi qu'eul 'tit gârs qu'y était mort c'tait un Françâs. Bin là, han?, ça en prenait pas plus pour qu'eul'couvert d'la marmite commence à bardasser fort ! Y'avait pus assez d'roches qui traînaient dins rues quasiment toutes pavées de Pouinte-aux-Trembles pour accommoder tout l'monde, même pus dins ruelles. Ni même dans l'boutte en garnotte devant le 'tit quai, qu'y aille ou pas d'sus dés traces de sang du 'tit gârs mort. Tout l'monde, lés grands comme lés 'tits, y se promenaient les poches pleines de roches. Bin, tout l'monde sauf les pissous qui avaient peur de pitcher dés roches pis ceusses qui avaient trop peur d'leux mêre. Lés mêres qui feusaient pas assez peur l'ont eurgretté ensuite pass'qu'elles ont été pognées pour eurcoudre plein de poches de pantalons pêtées. Tout l'monde pensait bin qu'ça allait eurvirer comme en cinquante-cinq quand Maurice Richard sé fait mett'e dehors dés séries de hockey pis que l'émeute a pogné autour du Forum de Môtréal pis su' la rue Sainte-Catherine a'ec les vitrines toutes cassées.

Mé y'avait aussi du monde, bin pas beaucoup han?, qui s'énarvait pas a'ec ça, comme mon grand frêre par 'zample. Lui, y v'nait de finir sés études au Collège Roussin pis y s'en allait à l'Univarsité. Non, eul'comique ! C'tait pas à l'Univarsité de l'Esse qui s'en allait, non-non, pas à Saint-Jean de Dieu. Ah, bin, vous savez pas c’é quoi Saint-Jean de Dieu ? Bin, maintenant y'appellent ça, hmm!, Hôpital Psychiâtrique Louis-Hyppolite Lafontaine, mais nous aut'es dans le temps, pour rire, on app'lait ça l'Univarsité de l'Esse. Mais bon, faut pus rire dés malades mentals ça a l'air maintenant. Ok, le 'tit frêre ? Pis si tu continues pis que tu m'laisses pas finir mon histouère, mon sacrament d'câlice, j'vas t'crisser une volée pis tu s'ras pas mieux que l'tit-gârs qu'était mort !!! Bon, mon grand frêre là, qui vaut pas mal plus que mon 'tit frêre plein d'marde que v'là là. Mon grand frêre donc, y'était comme pausé pis ça y arrivait d'rester su'a chaise berçante dés heures pis dés heures à eurgarder le plafond sans rien dire. Dés fouas, y'allumait sa pipe pis y s'berçait pis y tirait su' sa pipe pis y s'berçait pis y tirait su' sa pipe. Pis y montait travailler, qu'y disait, dans sa chambre, pis y restait là encore dés heures. Y dérangeait pas personne vu qu'y avait sa chambre pour lui tu seul, eul'chanceux ! Mé y'en avait pas beaucoup dés comme lui à Pouinte-aux-Trembles. Jusse lui pis sa 'tite gagne de chums, toutes pareils a'ec leux grosses lunettes a'ec dés montures nouères pis leux pipes pleines d'boucane, pis leux grands ch'veux ram'nés par en arriêre, pis plein de liv's bin épâs que jusse eux aut'es pis p't'êt' aussi leux professeurs avaient lus. Même qu'mon frêre y'en avait acheté dés encore plus épâs pour aller à l'Univarsité.

Quand y'a vu comment ça s'enlignait pis qu'la grosse marde allait pogner, mon grand frêre y'a câllé la shot à sés chums pis y sont toutes partis pour c'qu'on app'lait eul', hem!, centre-ville d'Pouinte-aux-Trembles. Bin, y'avait quêques magasins, pis l'hôtel de ville, pis l'église a'ec les murs en roches, pis eul'Collège pis eul'couvent évidemment, pis la Caisse populaire. Là, maintenant, c’é eul'village fantôme depuis qu'y ont construit dés centres d'achats un peu partout à Pouinte-aux-Trembles. Entécas, mon grand frêre pis sés chums y s'sont installés autour du canon d'la première grand'guerre jusse devant eul'monument aux morts à attend'e là, bin calmes. Bin, y'avaient l'air un peu drôle vu qu'y avaient pas am'né leux gros liv'es a'ec eux-aut'es mé y'attendaient sans grouiller. Moué, j'lés avais suivi comme un 'tit oiseau pis j'm'étais caché derrière eul'monument.

Pis là, on aurait dit qu'tout l'monde de Pouinte-aux-Trembles, ben toutes les gârs, han ?, les filles pis les femmes ça pitchent pas dés roches quand même, toutes les gârs v'naient vers nous aut'es, de toutes lés rues dés centaines de gârs a'ec lés poches pleines de roches. Pis c'tait quasiment comique pass'que lés plus pressés, lés plus enragés, c’é eux aut'es qui se grouillaient eul'plus d'arriver en premier pis c’é d'eux aut'es qui y'en avaient eul'plus qu'lés poches pleines de roches pêtaient ! Normal à se grouiller d'même. Y'en avaient qui eurviraient d'bord, d'aut'es qui ramassaient dés pognées d'roches pis qui continuaient, pis d'aut'es de ceusses-là qui lés laissaient tomber pis qui eurviraient d'bord eux aut'es a'ec. Faut dire qu'c’é bin difficile d'embarquer dans eul'pitchage de roches si té pas grayé comme du monde pis qu'tu peux pas respecter lés traditions.

Ça fa qu'y en avait plus que quêques dizaines de gârs qui restaient pis c’é comme si y s'étaient eurconnus entre eux-aut'es pass'qu'y s'sont séparés les Françâs d'un bord pis les Anglâs de l'aut'e, quasiment beaux comme lés soldats au manège militaire. J'comprenais pas grand chose à langue anglêse mé j'comprenais "mother" pis j'me demandais pourquoi les Anglâs y parlaient aussi souvent de nos mêres pass'qu'elles étaient même pas là. Entécas ! Pis, c’é drôle mé on voyait pas d'police nulle part. Bon, pis comme y'a pas de grand'place au, hem!, centre-ville d'Pouinte-aux-Trembles, jusse dés rues, au lieu d'la bataille normale de pitchage de roches avec tout l'monde qui court partout dins champs en friche, pis c’é pourtant pas ça qui manquait à Pouinte-aux-Trembles, pis qu'en plus ça empêche d'casser dés vit'es, bin ça r'ssemblait plus à un duel comme dins vues du Far-West sauf qu'y en avait une gagne de cowboys de chaque bord, mé chaque bord était proche en titi de l'aut'e ça fa qu'ça pas été long que quand les roches ont commencé à r'voler quasiment tout l'monde avait reçu au moins une roche dans face, su' la tête, su' un bras, su' une jambe ou bedon dins schnoles. Ayoye ! Fa qu'cà pas été bin bin long qu'la bataille a fini. Mon grand frêre, pas l'air surpris pantoute de m'vouère, yé v'nu m'eur'joindre à côté du monument. Y m'a donné une 'tite pile de piasses pis y m'a dit d'aller à pharmacie chercher dés "first aid kits". A fallu qu'y m'fasse répéter une coupe de fouas mé j'ai fini par êt'e capab'e de l'dire assez comme faut. J't'allé à pharmacie pis l'pharmacien y'a fini par comprendre c'que j'voulais. Chu eurvenu au, hem!, champs d'bataille pis mon frêre pis sés chums sont partis mett'e dés plasters à tout l'monde, sauf à ceusses qui avaient jusse reçu dés roches dins schnoles.

C’é là que la police é arrivée. C’é drôle, lés beux y pouvaient pas arrêter tout l'monde ça fa qu'y ont chouési un ou deux Anglâs pis cinq ou six Françâs en plus d'mon grand frêre pis sés chums. Au boutte de quêques jours, y'ont eurlâché tout l'monde, pas d'preuve cont'e personne vu qu'y étaient même pas à bataille la police pis que personne a voulu témouègner sauf quêqu’un qu’yé v’nu dire que le ‘tit gârs qu’était mort s’était enfargé dans une grosse roche pis qui s’était fendu l’front tu’ seul. Quand mon frêre é r'venu à maison, j'l'avais jamas vu pompé d'même ! Y'était toute rouge pis y disait toutes sortes d'affaires que j'comprenais pas pantoute, y parlait dés beux, c’é sûr, mé aussi dés mots comme on en entendait dés fouas aux nouvelles. Dés longs comme "anticonstitutionnel" pis dés plus courts, dés fouas jusse dés lettres, comme "FLQ". La seule aut'e fouas qu'j'ai vu mon grand frêre dans c't'état là, c’é quand yé sorti une aut'e fois d'prison. Mé y'était resté en d'dans pas mal plus longtemps à l'automne soixante-dix.




Dernière modification le 04-06-2011 à 06:57:05


Dernière modification le 04-06-2011 à 06:58:01

Dernière modification le 04-06-2011 à 07:07:15

Dernière modification le 18-07-2011 à 06:07:01

Dernière modification le 18-07-2011 à 06:53:02

ah mais je n'étais pas venue ici depuis deux semaines et hop, me voici avec un beau texte à moi dédié, MERCI MERCI, Patrick tu sais à quel point j'aime DIRE CE TEXTE A HAUTE VOIX pour le grand plaisir de mes hommes icitte bilingues ( mais pas tri ) qui n'y entendent que couic, père et fils.

Et tu me donnes l'idée de transbahuter ici mon texte Alice oubliée[u][/u], dédié à Christiane, je m'y mets dans la journée.

Coucou, tous les aubergistes ! bisous et plein d'ondes énergiques à vous tous, à toutes fins utiles.
isa

Justement Patrick, tu ne pourrais pas nous l'enregistrer? On pourrait alors le mettre dans les textes lus, ce serait génial, je trouve !

1 appréciations
Hors-ligne
Bienvenue, bienvenue Lise !!
Alors, tu nous le transbahutes ton "Alice oubliée" ?

Coucou Isa ! :)
Je travaille là-dessus. On m'a fait la demande d'un enregistrement ailleurs aussi. Curieusement, il faut que je me pratique un peu, même si je parlais vraiment comme ça quand j'étais petit... (les jurons en moins)
Merci de ton indéfectible intérêt !


Bises,
Patrick
isa

Tu penses à l'enregistrement, hein, Patrick? j'adorerais entendre ton texte en audio...

Non, Isa, rassure-toi, je n'oublie pas. Même si je n'ai pas la belle voix au monde ni la meilleure diction.

Oui oui, moi aussi j'aimerais bien entendre ce texte dit par Patrick ! Et puis j'adore l'accent québécois et tous ces mots et expressions qui font rêver! :ct:

1 appréciations
Hors-ligne
Merci de votre enthousiasme ! :)))

Je dois acheter un microphone parce que celui qui est incorporé dans mon ordi ne vaut pas tripette. C'est une question de jours seulement...

sans l'accent oral, ça ressemble un peu au wallon, en plus lisible tout de même..

Ben y a des merveilles sur ce forum quand j'y viens pas! J'adore carrément cette histoire!

1 appréciations
Hors-ligne
Coucou Flo !

C'est bien possible pour le Wallon, et ce n'est pas la première fois qu'on me le signale. On m'a dit ailleurs que ça avait un fort cousinage avec le parlé normand (et c'est bien logique puisque beaucoup de colons qui s'embarquèrent pour la Nouvelle-France étaient Normands).

Merci de tellement apprécier ! Honnêtement, je n'étais pas sûr de l'accueil qu'on réserverait à ce texte.

Et pour celles qui s'impatientent à propos de la version lue , je mets ça en ligne en fin de semaine, promis ! J'ai un microphone mais le boulot m'a littéralement happé cette semaine...

Dernière modification le 16-07-2011 à 01:56:57

1 appréciations
Hors-ligne
Voici enfin le moment tant attendu où vous pourrez entendre ma voix non radiophonique dans la lecture de ce texte. L'oral n'étant pas le domaine où je brille le plus, et comme je n'ai pas la meilleure diction au monde, ça donne ce que ça donne. J'ai séparé le texte en plusieurs parties pour que ce soit moins lourd en terme de fichiers et aussi, si le besoin s'en fait sentir, pour remplacer des bouts sans avoir à tout relire. Vous me direz ce que vous en pensez...

Première partie : [lien]

Deuxième partie : [lien]

Troisième partie : [lien]

Quatrième et dernière partie : [lien]

Petit enregistrement en bonus sans frais supplémentaire (c'est, à votre choix, un intermède musical entre deux parties ou la musique du générique de la fin - je vous laisse imaginer le générique...) : [lien]

Bonne écoute !

Patrick

J'ai tout écouté, j'ai aimé ce dépaysement, je n'ai pas tout compris mais j'ai trouvé l'accent toujours aussi merveilleux (quand je suis allée au Québec, j'avais adoré l'accent). J'ai beaucoup aimé la musique. Grand merci Patrick.

1 appréciations
Hors-ligne
Merci Ile !

La musique, et je fais une sortie de placard là, c'est moi qui joue ma deuxième composition pour ukulélé (ici une version légèrement écourtée). Quand je joue pour moi tout seul, c'est pas si mal. Dès qu'il y a des auditeurs ou que c'est un enregistrement, je trouve toujours le moyen de m'accrocher dans l'exécution... Bah, je ne suis pas musicien, c'est seulement pour m'amuser.

Merci encore !
Patrick

C'pas mal beau ton histoire Patrick, j'la r'connais, c'tait pareil dans mon boutte, avec les boss des mines qui parlaient anglais pis toute. On a longtemps résisté à apprendre c'te maudite langue d'exploiteurs vu qu'les riches sont r'partis en laissant les dompes au grand jour après avoir vidé l'ventr' d'la terre sans rien ramasser. C'tu assez cochon sué bord ça tu penses? Entéka... ça a faite vivre la ville une copel d'années... ;)

Aile ~

1 appréciations
Hors-ligne
Ouanye, c'é rin d'nouveau ! Icitte, lés usines farment une apras l'aut' pis c'é pas sûr c'é qui qui va s'occuper d'nettoyer lés terrains, pasqu'imagine lés cochonneries qu'ça laisse pis la grandeur de terrain qu'ça occupe. Cochon su'é bords pas à peu près !

Marci Aile~Lou ! :mg:

Dernière modification le 31-07-2011 à 05:04:26

0 appréciations
Hors-ligne
J'te comprend tsé, j'haïs ça moé 'ssi l'asphat toute décrissée a'ec des pissenlits dans 'é craques, des briques pétées pis des morceaux d'usine sale. Par che nous, pas ben ben d'usine, mais ben des péres qui r'venaient le soir a'ec la face noire pis la boîte à lunch à main. C'tait pas des mines de charbon mais bâtard, on aurait ben dit! Mon pére moé, quand y rentrait dans maison l'soir, on sautait su sa boîte à lunch cé tu pourquoi? Dévine??? Tu l'sais pas?... ben à mine là, y avait des machines à gum!! Ben oui!! pis mon pére ramenait d'la Beeman des fois, ou d'la Doublemint dans l'fond d'sa boîte, à coté du p'tit papier qu'ma mère avait mis l'matin à coté des san'wichs pour y dire qu'à l'aimait. Y partait souvent mon père dans nuitte pour aller à mine. Y était soudeur. Soudeur à haute pression. Ça avait l'air pluss important quand on disait "à haute pression", ben quoi c'tait vrai itou, cé lui qui soudait les grosses machines pis les z'esti d'gros camion que même une roue était plus grosse qu'la maison che nous! Eille, ... y était bon mon père j'te l'dis... Mais quand y partait la nuite de Nowel là, c'était pas ben ben l'fun, ça dev'nait triste dans maison. Y s'assisait sul bord de son litte en soupirant pis y s'habillait, dans nuite, dret de même, pis rendu dans cuisine, y s'assisait sul bord d'la porte su' 'a chaise carrée pour mett' sé bottes à cap d'acier pis s'fondr' dans tempête pendant qu'ma mère s'essuyait les yeux ak un kleenex. On 'tournait s'coucher qu'est-ce tu veux, c'tait d'même, not' père était pas un boss irlandais, c'tait juste un pion, mais nous z'autres on l'savait pas... (hé! salut patrick!! :))
L. Dostie

1 appréciations
Hors-ligne
Ouanye, c'tait pas drôle souvent la vie d'mineur pis d'famille de mineur ! Sauf pour la gomme. Dés conditions épouvantab' pis pas un mot plus haut que l'aut' ! Pis dins usines, c'tait pas mieux. Nous aut'es, on restait à Pouinte-aux-Trembles mé mon pére y travaillait pas dans une usine, ça fa qu'on n'a pas connu c'te genre d'engeance-là. Mon frére y y'a travaillé mais lés conditions éta déjà meilleures dans lés années quatre-vingt (pis c'ta pour l'gouvarnement vu qu'c'tait Pétro-Canada).

Mon pére, y'était syndicalisse, ça fa que quand y'avait une grève, y s'cachait passe qy'y fesait des mauvais coups pis la police v'nait cheux nous pour faire peur à ma mère pour qu'y sorte d'son trou. Dés fois, y le pognaient pis y passait la nuit au posse pour s'faire interroger.

Dés fois, la police à voulait jouer des tours à ma mére, jusse pour le fun : a l'appelait cheux nous dans l'milieu d'la nuit pour d'mander ousse qu'y état mon pére més la police le gardait déjà en prison. C'tat pour faire une farce qu'a l'appelait cheux nous. Y s'pensaient bin comiques les beux !

(Coucou Aile~Lou !)

1 appréciations
Hors-ligne
doublon accidentel...

Dernière modification le 03-08-2011 à 03:37:38


Dernière modification le 03-08-2011 à 03:38:01

Dernière modification le 03-08-2011 à 03:38:07

0 appréciations
Hors-ligne
"d'engeance" AHAHA!AA Mon pére itou y était syndicaliss... pis y en a eu des bonnes grèves dains mines... pas l'choix, surtout qu'monsieur Labranche avait pogné en feu comme une torche vivante que disait ma mére, fallait ben s'défend'e !!

ahaha!! j'ai ri quand j'ai lu ton histoire de police, c'pas des jokes!! Les beux y'étaient ben innocents dains fois, falloir j't'en r'parle, là j'fais mé valises pour aller à pêche.

Quand m'a r'venir, on va orprend'e ça, sik t'en penses ?
L. Dostie

1 appréciations
Hors-ligne
J'en pense que du bien ! :)

Bonne pêche pis à betôt !

Moi qui ne prends pas de vacances évasion cette année, je vous lis et tout à coup un bel air de fraîcheur me transporte dans ce beau pays du Québec qui me fait toujours rêver. Grand merci Aile et Patrick pour ce voyage en musique de chez vous. :ct:

1 appréciations
Hors-ligne


Merci Ile ! Comme vous n'avez pas de vacances-évasion cette année, je vous offre ce petit bout du Québec. La photo a été prise à bord du traversier (ferry-boat) entre la ville de Québec et Lévis, sur le St-Laurent. (et je suis sûr que Aile est très familière avec cette vue ! ;) )

Hihihi ! Ça vous fera une petite trempette multimédia (texte-enregistrement-image) du Québec.

Grand merci Patrick ! Je me souviens que lorsque je suis venue pour la première fois au Québec, à l'atterrissage de l'avion j'ai été fasciné par le St Laurent qui était d'une largeur incroyable ! J'ai de merveilleux souvenir du Québec, j'y suis allée 4 fois et j'espère bien y retourner ! J'y ai tout aimé, l'atmosphère, la mentalité, les grands espaces, les longues routes longues, la musique, la simplicité, la culture, bref... vous voyez que je suis une inconditionnelle !

1 appréciations
Hors-ligne
Il n'y a aucun doute là-dessus ! :)

Heureusement que j'ai eu l'idée de suivre le lien mis par Patrick sur un autre blog, et j'aterris ici, et je lis les réponses de Aile, mais c'est formidable de vous écouter-lire, vous deux mes voisins-cousins !

Pour Ile, Florence, Isabelle et tous les autres non-Québécois qui fréquentent l'Auberge de Ragueneau ET qui aiment le Québec et les Québéquois : le texte de Patrick, Ca cé passé au boutte de l'île, est publié dans le numéro 1 de l'EcriWeb, septembre 2011. La suite de l'histoire sera, ( j'espère) publiée dans le numéro 2, décembre 2011. Je suis bien curieuse de savoir ce qui s'est pssé, " à l'automne soixante-dix "

J'essaie de motiver Patrick et le pousser à nous raconter la suite.

Je n'avais juste pas eu cette idée de faire une suite... mais c'est une excellente idée !

Merci Lise !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres