Précise

Quelque chose qui ne fane pas, qui ne blesse pas, un amour d'altitude. Ainsi j'écris ma vie dans ses tout petits plis. Ses moindres rocailles. Ses herbes maigres. Sa farouche détermination. L'amour sauve, ai-je écrit un jour ? Oui il sauve, puis valide le sens d'aimer dans sa plus haute manifestation. La tendresse envers toutes formes. Alors de la pierre au ciel en passant par l'homme et toutes choses sans exception, on devient frère. Le cadeau sacre chaque geste, chaque pensée, par cet apprentissage. De questions en saisons, voilà où j'en suis. Humble de cette puissance-là, malmenée par cette puissance-là, portée par elle. Au centre même de ma fragile condition, je vais, précise comme un morceau d'univers. Infime et complète en mon incomplétude. Même à genoux mes mains écrivent, mes pieds avancent, mon cœur n'abandonne pas. Et je sais d'âme vive que, quand l'ombre obscurcit le chemin, elle parle encore de lumière.
Ile Eniger - Le raisin des ours - (À paraître)

La voix d'Ile est belle, précise, pleine de pensée, est comme une rivière, et on a bien de la chance de l'entendre ici

"Infime et complète en mon incomplétude"

Moi aussi. Si juste oui.

Le second message était de moi !
isa

Tiens, j'ai réfléchi mieux à ce que je ressens à ta poésie, Ile : elle me donne l'impression d'être une rivière qui est toujours là, mais dont on voit des fragments, différents, avec des lumières différentes, et des ambiances différentes. On n'en voit que des fragments parce que nous, on n'est pas toujours là. Mais la rivière est continue. Je pense que les raisons pour cela, c'est l'étonnante unité du style, et aussi l'exigence de l'écriture.

1 appréciations
Hors-ligne
Je suis bien d'accord avec tous ces commentaires !

J'aime cette douceur dans les mots et l'éclosion de sens à chaque coin de phrase.

Dernière modification le 16-07-2011 à 06:14:09

Je me sens bien émue à lire vos commentaires !
Flo, oui, "l'incomplétude"... et nous sommes pourtant à notre juste place, c'est un curieux mélange pas toujours évident, comme un vêtement qu'il faut sans cesse essayer d'adapter (ou s'adapter au vêtement !) !!!
Isa, j'aime beaucoup ton image de la rivière, ses mouvements et les mouvements autour dans la certitude de son parcours.
Patrick, "la douceur" ? Je ne suis pas certaine de mériter toute la bonté contenue dans ce beau mot, mais j'y travaille !!!
Merci à tous les trois et pour la jolie rose.

1 appréciations
Hors-ligne
C'est une chose que j'ai remarqué dans la constance (oui) de votre écriture : cette douceur malgré la puissance des mots.

Alors, oui, vous méritez toute cette bonté !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres