elle continue semblable et rousse
flo


Elle continue semblable et rousse
- laisses blanches et la plage s’ennuie
qui agrège mes pas lointains -
elle continue malgré les jours
la suite à travers
ce violoncelle m’aiguise
me triture et m’essouffle

Trouve-moi

Tu me rejoins à cet endroit
où l’or suinte de mon côté
où se déchire le voile pâle
de mes joues
sous le dictat du cri

Mon ventre est un océan énervé
ma terre a des allures de pauvre
noix chahutée
je viens à vous belles de soir
vêtue du fuseau impalpable pour cette accolade
qu’accorde seul la rémission d’être jouée

Trouve-moi

Reviens-moi là où j’étouffe en plaisir
retiens–moi là où virevolte l’insatiable
suite ces notes
- feuilles déchues nonchalante tant tendues
couvrent mes mains à museaux de chien chauffées -
et ce petit claquement qui augure le vide
mouvement – suspension – révérence
- chute -

Trouve-moi

Chaque crissement d’un départ
intraitablement enrouée toutes cordes à jeté
me dessine d’un trait scie à chantourner
plexus rosace éparpillée
Je me laisse, je m’écoule de chaise en sol,
entrouverte au nombril

Elle s’ennuie ma plage et les vents remodèlent les fureurs
qui épuisent l’ange
d’une annonciation effilée
d’une jouissance funambule


Trouve-moi
je t’en prie
Trouve-moi
avant que la plage
ne m’arque boute
face contre soleil


[lien]

2 appréciations
Hors-ligne
Découvert ce que tu voulais dire par le fait que c'est différent lorsqu'on écoute avec...

oui c'est même encore mieux, ça crée un angle
suis très émue par ce texte

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres