Le Martien

1 appréciations
Hors-ligne
Je suis un Martien. Et d'amblée, oui, j'admets : la peau verte sans aucun poil, le nez en trompette, les grandes oreilles pointues, la tête elliptique et les ventouses au bout des doigts, c'est vrai, complètement vrai. Mais nous ne sommes pas petits.

Nous venons d'une planète que nous avons détruite nous-mêmes par notre manque de sagesse. C'est notre faute si Mars n'est plus qu'un désert inhabité. Les canaux, comme vous les appeliez, hé bien oui c'est une structure que nous avions érigé et qui a contribué à notre malheur. Aujourd'hui, avec l'érosion, ils n'apparaissent que comme des formations naturelles, mais si vous aviez pu les observer longtemps avant l'apparition des êtres humains, vous auriez vu les installations et toute la technologie que nous maîtrisions.

Mais, dans notre vanité et en poursuivant des buts futiles, nous avons perdu le contrôle et avons provoqué une catastrophe à l'échelle planétaire. La plus grande partie de la population martienne a été tuée. Les quelques survivants et les générations qui les succédèrent purent rester là-bas assez longtemps pour monter une expédition pour trouver un autre endroit habitable pour que les Martiens puissent survivre.

La Terre était un choix évident. Différente de Mars mais en même temps semblable, suffisamment pour que nous puissions y vivre avec un minimum d'adaptation: c'est ce que nous pensions et avons commencé l'envoi des premiers Martiens sur votre planète il y a environ 70 ans. Puis trois autres vagues successives à tous les 10 ans environ. Alors, j'admets aussi : les soucoupes volantes, comme vous les appelez, c'est nous. Mais celles qui sont décrites comme étant des véhicules d'invasion crachant des rayons cosmiques sont nées de votre propre terreur. Et les enlèvements et sévices corporels, ce n'est pas nous non plus. Nous ne sommes pas seuls dans l'univers, vous et moi. Et comme ça ne représentait au total que quelques centaines d'individus pour les quatre vagues, ce n'était pas vraiment une invasion.

Nous avons tenté d'être discrets dès notre arrivée en nous installant dans des endroits isolés. Il est arrivé des accidents à l'occasion et des soucoupes se sont écrasées, dans les Rocheuses et dans la chaîne de l'Himalaya. Les survivants ont parfois pu être entraperçus par des êtres humains qui leur ont donné des noms comme sasquatch, yéti ou abominable homme des neiges.

Une fois arrivés sur Terre, la plupart d'entre nous a préféré passer le plus possible inaperçus alors que d'autres étaient animés d'une curiosité insatiable pour l'être humain. Parmi ceux-ci, quelques-uns avaient une attitude scientifique d'observation sans se mêler à vous, et d'autres que nous qualifierions de taquins mais qui vous sembleraient malfaisants et impolis. Enfin, un autre tiers de ces curieux subit une mutation spontanée, probablement sous l'effet de la radiation ambiante plus puissante sur Terre que sur Mars. Ils se transformèrent en créatures monstrueuses dont le seul but était de détruire tout ce qui avait rapport avec l'homme. Vous leur avez donné le nom de gremlins. Tout ceci contribua à nous diviser, à nous nuire dans l'adversité.

Je m'excuse, moi et au nom de toute la race martienne, pour tous les inconvénients légers ou graves que nous vous avons causé. Maintenant, il n'y a plus de Martiens, de yétis ou de gremlins. Je suis le seul et dernier représentant de mon espèce. L'adaptation à votre planète ne s'est pas faite comme nous l'espérions et la catastrophe sur Mars nous avait déjà affaiblis avant de la quitter. Il y a bien longtemps que je n'ai pas reçu de nouvelles d'autres Martiens et tout semble indiquer qu'ils sont morts.

Par contre, étant toujours sur place, je reçois des nouvelles de vous et de votre planète. Je ne voudrais pas paraître moralisateur ni vous donner l'impression de vous juger. Mais ces nouvelles me rappellent la fin de notre propre histoire à nous les Martiens. Il n'est pas trop tard pour renverser la vapeur et sauver votre planète. Mais sachez que le point de non-retour approche.

Croyez-moi, vous ne voudrez pas vous retrouver seulement une poignée d'humains pris à s'adapter sur une planète étrangère, quelque part dans le système solaire ou autour d'une autre étoile. Rappelez-vous que vous n'êtes pas seuls dans l'univers et que d'autres races y vivent. Et avec votre manque de perspicacité, vous pourriez ne pas reconnaître comme étant un être vivant un individu à pleine plus consistant qu'une bulle de savon. Et pourtant, ils existent et vivent même autour de votre étoile. Je ne vous dirai pas où ils se trouvent, mais je vous dirai qu'ils sont intelligents, ils sont très intelligents, eux.

Patrick Packwood
-29 juillet 2016 -

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres