Évolunes. 2- Audible

1 appréciations
Hors-ligne
Nous chérissons la vie sous toutes ses formes, nous.
(Patrick Packwood)

Evolunes
2. Audible.

Avec plus de sérénité qu'elle n'en ressent vraiment*, elle pose un
pied décidé, puis l'autre, sur le nouveau continent.

elle est salée
de la pointe de sa langue à l'arrière de ses genoux
et non de la tête aux pieds
ni verticale ni horizontale
elle se rend compte que son centre de gravité s'est déplacé

 la bouche entend
l'oreille parle

       elle se sent traversée un axe diagonal de sel
un sel lourd
animal
           qui tire la langue
             un sel dont elle est le sel

   elle a passé beaucoup trop de temps dans l'eau
  elle se sent lourde comme une poche prête à crever
et pure comme un chagrin inguérissable

Sa mémoire n'a pas
été altérée à proprement parler. Lorsque son histoire sera contée,
il sera de bon ton d'expliquer que de minuscules diplomates
circulent entre ses neurones et signent des traités qui rendent la
réalité plus acceptable.
Jeu, drame, quête, qu'elle choisisse son prisme. 

la bouche entend
l'oreille entend

il serait si simple de se souvenir de tout ou de rien
mais c'est toujours quelque part entre les deux
non pas à mi-chemin qui serait une forme d'équilibre
non pas là où il suffirait d'ouvrir les mains en coupe
       pour distribuer harmonieusement les flots de part et d'autre du continent

elle
la lumière qui glisse sans cesse sur les marches de l'escalier
se trouve toujours un peu avant ou un peu après
ni verticale ni horizontale
bulle respirant à l'intérieur d'une décimale
fraction qui composera la majeure partie du prochain printemps

le temps qui a passé est incalculable
si elle avait eu des enfants ils seraient tous plus vieux qu'elle
de son long périple elle a su tirer une seule et unique conclusion
en tous temps et en tous lieux
le plus beau dans l'humain c'est son cheval 
elle en collectionne les portraits et les représentations de toute sorte
de la paille jusqu'au marbre
elle les contemple avec plaisir dans son jardin le soir
et leur donne vie par jeu du début à la fin de la nuit
lorsqu'elle est chez elle

elle n'est jamais chez elle

pourtant
-par la torche de Déméter-
ce n'est pas faute d'avoir essayé d'y revenir

Pas un seul cheval en ce nouveau lieu, mais les faubourgs d'une cité qui s'étend jusque dans la mer.
Des nuées d'oiseaux qui tournent en tous sens, la mettent en joie et lui donnent envie de danser de plaisir
pour
cet océan argenté qui vole.
Jusqu'au moment où elle
aperçoit le tas d'ordures. Si vaste qu'elle se demande si la ville a produit les déchets
ou si les déchets ont produit la ville.

alors
ni verticale ni horizontale
la comète qui infléchit sa courbe
à s'en rompre les cheveux
fait ce qu'elle sait faire
elle prend sa carapace de tortue
et se met à jouer
au milieu du tas
ses pieds à moitié immergés
dans une fin de matière qui hésite encore entre différents états

la bouche parle
l'oreille parle

Alors, les ordures se mettent à vibrer, le tas d'oubli entre en chant et les oiseaux
tournoient avec intelligence, propageant et amplifiant le son,
ce qui doit mourir meurt
ce qui doit vivre vit.

et le son naturellement délicat des cordes
devient formidable et se propage de loque en loque
l'amoncellement d'immondices semble briller de mille feux d'or
s'animer comme les chevaux de son jardin durant la nuit

tout est prêt
audible

la bouche parle 
l'oreille entend

tout est prêt
il ne lui reste plus qu'à trouver un endroit
où quelqu'un vit encore
 






* cf  L'évasion aux clés de lune    

   









Dernière modification le vendredi 12 Août 2016 à 17:57:25
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

1 appréciations
Hors-ligne
Magnifique ! Et tout un honneur de me voir cité !  Merci beaucoup Mahatma ! :D

Dernière modification le samedi 20 Août 2016 à 01:49:20

1 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Patrick, comment vas-tu ? En fait, au départ je voulais intégrer ta phrase à mon texte mais je n'arrivais pas à la placer de manière à ce qu'elle soit vraiment dedans, et à la fin, je me suis aperçu qu'elle était faite pour s'insérer... dans mon texte précédent :D Comme quoi, l'espace et le temps ça va ça vient comme tu sais :D
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres