Sarasvati 1. Ombrelle autour

1 appréciations
Hors-ligne
C'est une série qui refleurit tous les ans au mois de mai, avec un nouveau poème qui s'ajoute chaque année. Aucune préméditation, c'est venu comme ça, j'ignore et la feuille et le fruit de ces fleurs cycliques. L'esprit humain est marrant :)


Sarasvati*

1. Ombrelle autour

tout en haut de l'échelle
commence le bas de toi

spirée
ma blanche à ombres
eau du tunnel qui ploie
sous la lumière
s'incurve et prononce un nom
lisible d'en haut

le maître est un filament éteint
nombreux sont les oiseaux qui se posent
sur les fils de son souvenir
le maître est un résidu d'encre
et nulle carte
ne marque son emplacement
le maître est une tombe de poussière et de vent
et parce qu'il est yeux clairs et amour infatigable
le maître a dit tuez moi
il est mon ennemi
je le chasse et je respire sa trace
je veux sa mort et son anéantissement

un jour le maître est enfin tombé de l'arbre
et nous avons versé l'amour que nous lui portons
dans la rivière
le maître suit son cours et ne déborde pas
pourtant il se propage dans le champ
devant et autour de nous
plus petit que la plus petite des fleurs
tout en bas de l'échelle
il agite à peine les herbes
et je regrette son corps d'avant

le maître continue à enseigner
il parle sans mots
il parle par les douleurs des os
et la tension du sexe
par le jeune et par le vieux
il naît sans cesse

ô ma lyre funèbre
ô mon berceau de mouettes
maintenant je sais
qu'il est des échelles éprises
qui se couchent par amour
ô mon ennemi
ô ma déesse de gouttière
de ton sexe sortent et se déploient des franges perlées
sur l'herbe sont posés tes barreaux de bois entourés de fleurs
grimpantes et retombantes
capucines ampélopsis et joyaux d'Ophar

ô mon sein gonflé d'âmes
par erreur j'ai frôlé tes draps
pénétré ta chaleur
et me voilà
remis à zéro
demi graine plate jetée d'un toit
imparfaite forme du mal
qui ne meurt ni ne pousse

ô mon ennemi
te gravir horizontalement
est monter plus haut que l'air
et prononcer ton nom
est ouvrir en toi
l'ombrelle profonde et glissante
de nos lents rituels vifs





* Inde : déesse de la connaissance, des arts, des rivières...












Dernière modification le vendredi 15 Juillet 2016 à 11:08:05
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

1 appréciations
Hors-ligne
2.Autour du temple est la friche


autour de toi
l'incessant bruit des insectes
envoyés par la main étroite
de la guerre

autour de nous
les couleurs et les formes
s'affrontent
nous sommes cette vigne
si fatiguée
que nous ne savons plus pourquoi
l'un doit vaincre l'autre

grappes d'ombre
corps noircis de l'armée des pauvres
on fera de nous des colliers
des bagues portées distraitement
par de longs doigts blancs
des récits pour l'histoire

ô mon ennemi
mon étendue sans récolte
ma cendre fertile
après tout tu as raison
sans la connaissance
l'arbre reste l'arbre
la montagne reste la montagne
le monde vivra bien sans nous

Ram Ram
saluons nous simplement
autour du temple
miraculeusement épargné
la friche est jeune
la friche est gravide
de loin on aperçoit ses gouttes qui brillent
et puisque le soleil est mort
dans notre bataille
la lune y fait pousser des fleurs différentes
lourdes et généreuses
au coeur ourlé de rouge et d'argent
Ram Ram
la friche est sexe et entrée
et nous sommes deux

ô mon ennemi
là même où nous avons cru tout tuer
un puits descend jusqu'à l'endroit
où nous nous rejoignons








Dernière modification le samedi 30 Mai 2015 à 19:11:09
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

1 appréciations
Hors-ligne
Violon carnatique + flûte venu
http://www.youtube.com/watch?v=RfakrN8DgHY



3. Serre où chauffent les mains



Câline
la bougie qui brûle la paume
douce
et tentante
la courbe du corps à terre
pieds et tête cachés
mains qui ressortent
plus nombreuses que sur le corps d'origine

ô mon ennemi
je te cultive
et t'englobe
dans la chorégraphie moite
du verre et du soleil
tu crois et t'étends
pour ce qui viendra après nous
pour ce qui se moque de nous
et nous contera
non pas dans les chroniques royales
mais dans cette sorte de chansons
chantées hors du ton
que l'on réserve aux difformes

ô mon ennemi
la flamme manque
et l'or aviné
narines dans la boue
ne respire plus
ce n'est pas toi je le sais
ce n'est pas nous qui nous battions ainsi

câline l'orbe du peu
souterrain le sein qui remonte et affleure
cordes mes mains
et doigts les rayons de lune

corps le rythme frappé
qui fait lever les graines

sous verre
au bout du jardin loin des regards
quelques graines
quelques unes
pieds courbés au-dessus d'elle qui la protègent
seule la dernière vit
ô mon ennemi
ton embouchure
ton extrémité large
ton sexe si grand ouvert que l'on ne peut l'éviter
où que l'on vole autour de lui
quelque oiseau que l'on soit
avaleur avalé
seule la dernière vit
ô mon ennemi
centre de la lisière

ce qui filtrait
ce qui allait au marché chaque matin
un masque d'osier passé autour du bras
ne vit plus
ne choisit plus ce qui peut être respiré
saisi et compté
puis éloigné de son corps
de peur de s'y confondre

ô mon ennemi
mon calice porté au rouge puis au blanc
ma guerre sans bruit

câline la vibration des portes
câline
la floraison des pleurs
et plus câline encore
cette joie inexplicable
qui retentit au milieu de tout cela

câline la succession
des dernières secondes qui mènent à toi



Dernière modification le vendredi 15 Juillet 2016 à 11:08:52
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)
flo

heureuse de cette série qui revient nicher ici à chaque printemps (théorique) !

1 appréciations
Hors-ligne
Mais non mais non, fait pas si mauvais pour un 24 février.

ô, ma pluie
ô mon sploutch sploutch
tu t'écrases sur mon nez
snuirfl fait l'univers dans mes narines
ô mon atchoum
ô mon troooompf

Dernière modification le vendredi 15 Juillet 2016 à 11:10:51
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

1 appréciations
Hors-ligne



Dernière modification le 02-05-2014 à 14:12:46
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)


1 appréciations
Hors-ligne
4. Canne qui s'appuie sur un corps


j'ai tué
j'ai fait des guerres et j'ai aimé cela
j'ai arraché des ailes et j'en ai fait des tapis
translucides sous mes pieds nus
j'ai aimé les froisser les déchirer et les rompre
j'ai piétiné le Dharma
et étouffé dans l'œuf
toute larve de lumière

est-ce bien le même monde que j'avais laissé ?
qu'as-tu fait ?
je tousse ton air et recrache ton eau
ma lumière se pose puis je la ramène à moi
vieillie
tu as donc réussi à faire vieillir la lumière ?

ô mon ennemi
j'ai bien fait mon métier
merci de le reconnaîre
vois
la ruine roule jusque dans les nouveaux noms
que les quelques survivants donnent à leurs anciens lieux
ici
s'il reste à quelqu'un ses deux bras et ses deux jambes
il est aussi heureux que s'il était père une famille nombreuse

tu fais le tonnerre et l'éruption
alors c'est que tu dois être content de moi
ô mon ennemi
continuons la visite
j'ai quelque chose qui va t'intéresser
ici
pour voir un carré de vrai ciel
les survivants donnent six ans de leur vie à servir un plus fort
là où ils tentent de vivre le nuage ne s'est pas encore dissipé
pour parvenir au-dessus
il faut enjamber les carcasses d'humains et de machines
puis grimper jusqu'à un sommet si étroit
que six seulement peuvent s'y tenir ensemble
pour apercevoir le vrai ciel
pas plus de six minutes
sous peine de mourir à l'instant

où est le ciel ?
montre le moi
qu'est-ce qu'une terre sans ciel ?
pourquoi l'as tu bouché ?
raconte-moi
l'histoire de ces humains qui veulent encore le voir
je veux les rencontrer
ils te remplaceront avantageusement

ô ma maîtresse
tu fais la crue et le séisme
ce doit être le signe que je t'ai bien servie
voici ce qu'il advient de ces gens
chaque minute leur enlève un an de leur vie
et pourtant ils se bousculent pour monter
voir le vrai ciel

tu vois
j'en ai laissé un peu

ô ma déesse aux cent fours
tu peux revenir et marcher à notre manière
appuie toi sur mon corps
il est mort mais entier
viens et jouis de ton règne
vois comme le prix des choses s'est élevé
et comme le prix de l'homme a baissé
pose ton oreille sur les ventres stériles
applique les yeux vitreux des vaincus sur les tiens

comment ?
ce n'est pas ce que tu voulais ?

mais
ô ma calcine aux os blancs
tu regardes et tu ne vois rien
tu écoutes et tu n'entends rien
ton vœu ne s'est-il pas accompli ?

je suis la voie qui cherche des voyageurs*
je suis la goutte qui cherche une soif
je suis le soleil qui cherche une fleur
où sont les fleurs ?
qu'as-tu fait des jardins ?
qu'as-tu fait ?

ô mon étoile qui se guide sur les gens
maintenant que ce monde est vide
je peux t'y guider à merveille
je sais enfin distinguer
le haut et le bas d'une sphère
tu me dis que tout ce qui était rond est à présent brisé
mais c'est justement comme cela que je m'y retrouve
viens et suis-moi
maintenant tu peux revenir
et traverser toute la terre par l'intérieur
sans plus avoir besoin d'en faire le tour

enfin il pleut des ponts
et toi tu te plains
qu'il n'y a plus de rivière à traverser ?




* Saint-Augustin

Dernière modification le vendredi 15 Juillet 2016 à 19:15:18
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

1 appréciations
Hors-ligne
5. Feu vu à travers une paroi translucide

comprends-moi bien
j'ai disposé les bougies comme il convient
j'ai dûment réparti
les forces de tension entre les corps qui nous composent
de façon à ce que la corde ni ne soit trop lâche
ni ne soit tendue au point de se briser
mais sonne juste comme celle de Gandiva
l'arc d'Arjuna qui à lui seul possédait tant de conscience
qu'il aurait pu se passer de tireur

et vois
ô mon ennemi
ô ma déesse aux mille colères
ô mon sexe retourné et paré pour recevoir le tien redevenu externe
ô mon vase de nudité
vois comme toute forme de vie peut à présent nous traverser à pied
vois comme toute guerre peut nous franchir comme la plus petite des mares
rien qu'en levant distraitement sa botte
peut-être même sans nous remarquer

vois comme personne n'a plus besoin de nous
pourtant
même de jour
nous sommes visibles dans le ciel pour qui veut voir

comprends-moi bien
ô ma lampe aux mille fièvres
j'ai bien incliné les cristaux
afin que leurs éclats puissent se répondre même sous la pluie
et j'ai bien mis à flot les lignes de barques le long du delta
les émergées ourlant ses lèvres
les immergées touchant presque son fond
comprends moi bien
les vimanas sont prêts
à reposer des toits sur les maisons
car destruction et construction se suivent et se poursuivent
comme deux jeunes chiens que l'on peine parfois à distinguer l'un de l'autre
tant ils sont vifs

non
tu ne seras pas déçue
le lourd lévitera
et le léger s'ancrera
oui
ce sera un temps
ô ma présente aux mille creux
ce sera un temps
où chanter voudra de nouveau dire soulever des charges
et agréger des blocs d'esprit

mais en vérité
ô ma veuve aux mille cercles
qui s'enroulent autour de mon lingam
pour le traire et le mourir et le renaître
comprends moi bien
c'est une simple question
qui dure seulement le temps d'un dessin de sable
en vérité
avons-nous si bien travaillé ?

avons-nous bien brisé la chaîne
avons-nous bien ancré leurs pieds sur la prochaine marche
ou nous sommes nous contentés
de rajeunir par jeu
et dérider un peu quelques anciens dieux qui s'ennuyaient ?




Dernière modification le samedi 30 Mai 2015 à 19:13:21
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Merveilleuse série !

1 appréciations
Hors-ligne


Dernière modification le lundi 03 Avril 2017 à 16:08:04
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Merci beaucoup Mahatma ! Ça va beaucoup mieux !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres