En froid...

0 appréciations
Hors-ligne
A, face public, porte un bonnet. B, tourné vers A, est recouvert d'une épaisse couverture.

A : Nous sommes en froid.

B : Tu ne m'aimes pas.

A, se tourne vers B : Tu ne vas pas recommencer.

B : Je ne recommence pas, je constate.

A : Tu ne constates rien du tout, tu proclames un fait inexistant.

B : "Rien du tout", "inexistant". C'est bien de cela dont je te parle.

(Un temps)

A, face public : Nous sommes en froid et je ne comprends rien.

B : Comment ? Tu ne m'aimes pas et tu ne le vois pas ?

A : Que veux-tu que je vois ?

B : L'amour "inexistant" que tu nourris à mon égard.

A, lève les yeux au ciel : Mais quelle idée tu te fais !

B : C'est l'image que tu me renvoies.

A : Tu dis donc que je ne t'aimerais pas ?

B : Je dis donc que tu ne m'aimes pas.

A : Tu le penses ?

B : Et l'affirme.

A : À haute voix ?

B : Veux-tu que je le crie ?

A : Non. Ça ira.

B : Non. Ça n'ira pas ! Tu ne m'aimes pas.

A : C'est une idée fixe !

B : Et tu te moques de moi.

A : De mieux en mieux !

B : Au vu et au su de tous !

(Un temps)

A, face public : Nous sommes en froid et nous nous emportons.

B : Je ne m'emporte pas...

A : Alors ?

B : Mais tu ne m'aimes pas.

A : Pourquoi ne t'aimerais-je pas ?

B : Pourquoi m'aimerais-tu ?

(Un temps)

A, face public : Nous sommes en froid et cette conversation ne mène à rien.

B : Alors arrêtons là.

(Un temps)

B : Tu ne m'aimes pas.

(Sortie de A)

1 appréciations
Hors-ligne
Bienvenue Julhya :champ:
Quelle brillante idée de mettre une petite pièce ici, je trouve que ça manquait.
J'ai commencé à écrire une suite :) (ici, à l'Auberge, on aime bien faire ça de temps en temps, se continuer les uns les autres).
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

0 appréciations
Hors-ligne
Merci pour le champagne :)
Je me suis un peu promenée et j'ai vu que beaucoup de suites étaient en effet écrites par d'autres auteurs, c'est chouette comme principe ! Fais-toi plaisir, j'ai hâte de voir ce que ça donne !!

0 appréciations
Hors-ligne
:B1: à tous deux

l'absurde mis en scène dans ce qui devrait faire le plus sens "lamour", mais l'amour est un terme tellement utilisé sans le remplir vraiment que ca fait de joyeux et plus tristes quiproquos...

INtéressée de voir la suite... (ou les suites)

1 appréciations
Hors-ligne
(chuttt,Elle revient mais sur la pointe du paturon)

A et B sont dans un pré. B et A viennent de se disputer. C les contemple et les aime tous les deux. C est amour.

A : La vache est froide.
(désignant C d'un geste accusateur).

(B ne dit rien, se demande visiblement si dire quelque chose n'empirerait pas la situation).


A (deux tons plus haut) : LA VACHE EST FROIDE !

B (jusqu'ici de trois quarts, fait face au public, comme pour le prendre à témoin) :
- Mais elle est vivante.

A (surpris et agacé par la réponse de B) : Oui, mais ça ne suffit pas. Qu'elle soit vivante, ça ne suffit pas ! La vache est froide et... et c'est ta faute !

B (ton outré) : ma faute, ma faute, comment ça c'est ma faute ?

A : Parfaitement. Ta faute. C'est toi qui... elle... elle copie sur toi, voilà ! Tu es froide, elle est froide. Elle t'imite.

B. Ah oui ? Alors on va l'appeler Ranxerox. Ou Mauvaise Foi peut-être, c'est pas mal non plus comme nom, tu ne trouves pas ?

(le prè est idyllique. Malgré la tension, malgré les désaccords, passe une seconde magique où A. B. et C. ont exactement le même mouvement de mâchoire, la même rumination tendre).

A. (se radoucissant, sa voix passant tout d'un coup au grave, presque au tendre). Oui, oui, possible. C'est, tu comprends, c'est que je l'ai touchée tout à l'heure, juste avant ton arrivée et...

B. (péremptoire). Donne ta main. Donne ta main, je te dis !

(B entoure la main de A dans la sienne, ferme les yeux comme si elle se livrait à des analyses au niveau cellulaire. Soudain, B ouvre les yeux et conclut : )
- Mais c'est ta main qui est froide. Ce n'est pas la vache. C'est toi qui te communique la sensation de froid, à toi-même, pour pouvoir ensuite m'accuser moi. Mais c'est vicieux !
(prenant le public à témoin)
- Non mais avez vu comment il est ?

(soudain, A secoue la main qu'il venait de poser sur la vache et plisse le front de douleur)


B : Qu'est-ce qui ne va pas ?
A: C'est chaud. La vache est chaude. Elle est bouillante !

(B ouvre ses mains dans un geste d'impuissance
- Faudrait savoir ! Faudrait peut-être lui mettre un thermostat, à ta vache !

A : Notre vache. C'est trop facile de dire "ta vache" quand la situation ne te convient pas !
B (mouchée) : C'est... c'est... c'est... c'est... c'est... une façon de parler, voilà. Et puis, c'est vrai, je trouve... je trouve que parfois... 'elle tient plus de toi, voilà ! Elle a tes idées.

(C, la vache s'approche un peu plus d'eux. Pousse tendrement son mufle sur leur coeur, ce qui les adoucit)

A : (d'abord bourru puis tendrement). L'important... l'important c'est nous, non ?
B. (enthousiaste) : oui, mon chéri. L'important c'est nous.

(un temps de silence, puis : )
A. (à voix basse, tournée vers un côté de la scène, s'adressant à la moitié gauche public) : N'empêche, c'est bizarre quand même, cette vache qui change de température en sa présence, alors que quand c'est moi qui m'occupe d'elle, température constante !
B (à voix tout aussi basse, tournée vers l'autre côté de la scène, s'adressant à la moitié droite du public) : N'empêche, c'est bizarre, quand même, il a l'air nerveux ces temps-ci, pas dans son assiette, je me demande si je ne devrais pas lui offrir quelque chose pour lui changer les idées.
(haussant la voix et se tournant vers A)
- Chéri, tu aimes les chèvres ?






Dernière modification le 13-05-2010 à 01:40:09
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

0 appréciations
Hors-ligne
J'adore ! C'est vraiment surprenant !
Tu es bien restée dans le style du texte, tu as vraiment saisi l'ambiance, le genre "un peu" décalé... Très chouette ! J'avais du mal à imaginer une suite à ça, j'ai retourné le truc dans tous les sens pour voir comment tu pourrais rebondir. Ça me plait beaucoup :)
D'ailleurs, je vais essayer à mon tour de repartir de là ! (Et si quelqu'un d'autre veut s'y coller...)

1 appréciations
Hors-ligne
Merci Julhya :champ:

Je suis parti du principe... qu'il ne pouvait pas vraiment y avoir de suite

Paradoxalement, le constater m'a "libéré" et ça m'a permis d'essayer de me rapprocher
un peu de l'esprit de ton texte, que je ressentais, mais sans arriver à mettre
des mots dessus.

Cette chère vache m'a montré la voie et elle m'a permis
de commencer un texte que je n'arrivais pas à commencer en tant que simple
humain

En tout cas, tu as fait une bien belle entrée, ta forme et ton fond m'ont
surpris, et c'est génial, parce que la surprise est une porte brusquement grande ouverte, par laquelle peuvent rentrer bien des choses.

Dernière modification le 14-05-2010 à 16:40:41

Dernière modification le 14-05-2010 à 16:41:38
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

0 appréciations
Hors-ligne
Rhooo... Merci beaucoup =) Dans ce cas, je vais tenter de poursuivre dans cette voie !

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres