Oui Isa, d'accord avec toi, rien de tout ça n'est important.
Pour le "parti pris" tout me semble en être un, on choisit sa manière de voir, de penser, et comme il y en a indénombrables, sûrement autant que d'individus, ça fait un sacré brassage ! moi je trouve ça plutôt sympa, en tout cas ça me fait poser des questions, essayer d'imaginer comment les autres voient les choses et même s'il n'y a pas toujours de réponses à mes questions, ça dérouille un peu ma façon d'appréhender l'écriture. Pour Bobin par exemple, c'est sûr qu'il "colle" totalement à ma préhension de l'écrit, mais j'ai trouvé très intéressant de voir qu'il pouvait être ressenti différemment et comment, ça ne change rien à ma manière de le percevoir mais ça révèle d'autres fenêtres possibles.

2 appréciations
Hors-ligne
Chère Ile, en fait ce que je veux dire, c'est que je n'arrive pas à penser que, faisant des textes comme tu les fais, tu puisses défendre ce point de vue des stérétoypes comme base de départ de l'écriture, ça me paraît carrément impossible pour toi, pour tes textes
c'est pour ça que j'étais un peu perturbée de ce que tu disais, ramener ton écriture à ça me paraissait une gymnastique complètement délirante

sinon, oui je veux bien admettre, et je le vois d'ailleurs chez pas mal d'auteurs, dont Bobin justement, que ce point de départ peut être choisi
et c'est vrai qu'alors, j'ai du mal à adhérer

bon, voilà pas grave pas grave, je t'embrasse, tu as vu le temps magnifique et radieux que nous avons aujourd'hui? chez moi c'est carrément une rivière incroyable de soleil

je vous en envoie à tous, bonne journée !

Isa, je ne peux dire que ma base de départ est le stéréotype QUE si j'y réfléchis, en fait c'est inconscient, c'est seulement en jetant un regard arrière vers une possible explication que je peux dire que oui, cela procède peut-être de cela, et, le disant, je me dis que cela peut provenir aussi d'autres choses dont je n'ai pas la prescience immédiate.
Par exemple je participe d'un lieu, je vis dans le Sud, donc je suis imprégnée de Sud dans mon écriture, donc c'est une sorte de cliché de départ, MAIS à partir de là, TOUT devient possiblement mien, le point de départ est absorbé, projeté ailleurs différemment. Donc, stéréotype, cliché, lieu commun, deviennent dans leur transformation, mon archétype d'écriture, c'est à dire un original qui se façonne à mon ressenti. C'est sacrément difficile à expliquer.
Et bien sûr le point de départ n'est là (en ce qui me concerne) que pour le dépasser, en fait un peu comme une base de lancement pour aller d'où je viens, mais à ma manière et en agrandissant le champ. Et alors, le stéréotype (prétexte matériel presque) n'est plus grand-chose face à l'envol du texte.

Bon, je m'embrouille peut-être un peu à expliquer, je ne suis pas très cérébrale, plutôt intuitive, spontanée, passionnée, ce qui me vaut parfois aussi de me ramasser quelques gamelles !.

Ah ce temps aujourd'hui... 29° sur ma terrasse... Octobre est sacrément indien ! et de ma baie vitrée ouverte, j'envoie aussi cette chaleur à tous . Bises Isa.


Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Livres livrés.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres