Le poirier de San Giuseppe
Mahatma Bandit

Bonjour les amies,

Il n'y a plus grand monde ici... tout le monde est parti ? Tout le monde va bien ?
J'ai encore écrit une nouvelle nouvelle après celle de Rose, mais je ne l'ai pas mise ici, pour ne pas trop envahir. Vous pourrez la lire avec les autres, quand des millions d'exemplaires de mon recueil inonderont vos librairies et que la Mahatmamania battra son plein
Mon recueil, il est complet, je n'ai plus que de la correction à faire sur deux nouvelles seulement. Dans une semaine il sera imprimé, relié, envoyé. Je remercie l'auberge de Ragueneau à laquelle le recueil doit beaucoup (de mémoire, 9 textes du recueil en proviennent).

En espéranr que la vie vous sourit, je vous partage celle sur laquelle je suis, une ancienne de quelques années, mais pas mal remaniée aujourd'hui même.
À bientôt.
S*



**********

? Non non, n'entrez pas, pas encore !
Mon frère, ma s?ur et moi nous regardâmes brièvement, presque furtivement, mal à l'aise à l'idée de devoir admettre l'évidence : nous avions tous les trois quarante ans passés et la voix de maman produisait toujours le même effet sur nous. Elle n?avait pas besoin d?élever le ton, une phrase courte prononcée d?une voix douce suffisait à nous ployer, comme si maman marchait doucement sur nos dos, sur la pointe des pieds.
? Sandro, quend elle nous dira d?entrer, vas-y le premier !
Rosa se recula discrètement le plus loin possible de l'entrée du salon, s'effaçant pour me laisser entrer, le moment venu.
? C?est normal, c?est toi qui la vois le plus souvent.
Je quétai du secours dans le regard de Giorgio, mais il semblait absorbé dans l'inventaire des poissons rares de l'aquarium. Il se tourna vers moi et me demanda :
? Tu les reconnais, toi .?
Sans attendre ma réponse, il désigna du doigt un poisson-clown, orange et blanc.
? Celui-là. Je jurerais qu?il y était déjà. Je me souviens de lui. Le jour du baptème de Rosa. Il avait son air bien à lui. C?est le même, non ?
Je haussai les épaules et lui répondis simplement.
? Tu devrais t?asseoir et te détendre un peu, Giorgio.

Maman nous avait appelés tous les trois le samedi d?avant pour nous dire qu'elle voulait absolument nous voir ensemble chez elle. Je m?amusais toujours du fait que nous, ses trois enfants, étions rémontés haut sur la jambe italienne, ?jusqu?à l?intérieur des cuisses? disais-je à Rosa, exprès pour la faire rougir.
Depuis Padoue, Gênes et Ravenne, nous avons donc convergé le samedi suivant vers maman.
J'avais laissé le magasin à Giuletta, je n'avais même pas songé à discuter, ni même à repousser le rendez-vous. Les chevaux de Rosa resteraient avec son mari, le temps d'une journée. Quant aux élèves de Giorgio, ils ne s?apercevraient même pas de son absence, puisqu?ils n?avaient pas école le samedi.
Maman n'allait pas mourir, nous le savions. Elle n'était pas malade, n'avait pas été délaissée par son amant du mois.

Pourtant, nous nous étions tous les trois précipités vers la maison de San Giuseppe, mus par cette voix grave, impérieuse qui semblait lasse sur les voyelles, puis reprenait toute son autorité naturelle sur un claquement de consonnes.
Elle nous avait convoqués pour ce qu'elle appelait "une surprise". Nous avions traversé tous les trois, chacun à notre pas, le jardin de notre enfance. Rosa à grandes enjambées et en inspirant profondément, Giorgio avec mille détours minutieux pour vérifier les poussées et les flétrissures, et moi en riant tout bas comme si j?avais à nouveau huit ans.
Au passage et comme il se devait, nous avions souri au poirier et Rosa nous avait demandé :
? Sandro, Giorgio, vous croyez qu'un jour, nous passerons à côté de lui sans le voir ?
Giorgio avait semblé tétanisé à cette idée :
? S?il est abbatu, peut-être. Mais ce ne sera pas bon signe. Ce jour là, nous aurons commencé à mourir.

Le poirier de maman était célèbre dans le village et dans toute la famille, et même jusque chez les cousins américains.
Nous savions tous depuis notre prime enfance que plus il porterait de fruits, plus l'année serait faste pour chacun de nous.
Personne ne savait d?où venait cette légende, mais aucun d?entre nous n?aurait jamais osé la tourner en ridicule, ni devant maman, ni entre nous, ni même dans le secret de notre pensée.
Chaque fruit correspondait à une chance à cueillir. Cette année, il y en avait très peu, ce que remarqua Rosa. Je haussai les épaules devant son discours muet mais éloquent.
? Il faudra faire avec le peu qu?on a.
Giorgio avait pris ses premiers cheveux blancs depuis que je l'avais vu pour la dernière fois. Il essayait en vain de les recouvrir de ses autres cheveux, ce qui lui donnait une coiffure ridicule. Rosa avait encore un peu grossi, elle allait finir par réaliser son rêve : devenir l?exact contraire de maman. Et moi, j'étais simplement un peu plus calme, un peu plus rapidement fatigué, mais sans changement notable. Bien sûr, c?étaient les autres qui changeaient, les autres et pas moi.

? N'entrez pas, je vous dis !
Aucun de nous trois n'avait esquissé le moindre mouvement vers le salon. Toutes les cinq minutes, la voix de maman résonnait à travers la porte pour nous prévenir qu?il n?était pas encore temps de la voir.
Au bout d?une heure, j?osai demander :
? Que nous prépares-tu, maman ? Quelle est cette fameuse surprise ?
J?avais dissimulé mon appréhension sous un ton léger, comme si elle avait été simplement occupée à remuer des papiers, à dresser une table, à décorer un sapin, mais, de l?autre côté de la porte, il n?y avait pas le moindre bruit, pas le moindre mouvement. Nous percevions tous les trois que maman se tenait parfaitement immobile, quelque part dans le salon. Sa présence brasillait, quelque part vers le milieu de la pièce. Maman crépitait d?un feu mystérieux que nous ne devions pas voir. Pas encore.

Enfin, elle donna le signal.
? Vous pouvez entrer, maintenant !
Rosa passa la première. À la seconde même où elle passa le seuil de la pièce, dans son silence, je perçus un cri étouffé à l'extrême, puis elle plaça ses mains sur ses hanches et dit :
? Mais qu?est-ce qui te prends, maman ?
Je la suivis de peu, puis Giorgio. Notre procession s'arrêta net, à bonne distance de maman. J?avais poussé le même cri inaudible en étouffant une sorte de rire désespéré, presqu?un hoquet. et Giorgio m?avait fait écho, en soupirant et en secouant la tête.
? Je vais très bien, mes enfants, rassurez-vous.

Presque nue, vêtue d'une serviette enroulée autour de ses jambes et la tête complètement couverte d'un sac en papier, maman nous regardait. Pas avec son visage mais avec son dos nu.
Ce dos, creusé par la trace de sa colonne vertébrale, accentué par les cernes des omoplates, n'était pas moins perçant que le regard qu'elle nous aurait lancé avec ses yeux noirs, gouttes opaques d'un lac empoisonné.
À ses pieds, trois stylos feutres rouges étaient posés. Chacun, légèrement plus petit que l'autre, afin que chacun de nous trois puisse reconnaître le sien au premier coup d'?il, suivant qu'il était aîné, benjamin ou cadet.
Aucun de nous trois n'osait proférer le moindre son. Mais dix secondes après, nous avions chacun notre stylo en main.

Maman ne se retourna pas. Avec le sac en papier sur son visage, le côté d?elle que nous pouvions voir n?importait plus. Nous contemplions son corps maigre, mais qui se maintenait bien. Combien de temps cela faisait-il que nous n'avions pas contemplé le dos nu de maman ? Trente ans ? Trente-cinq ? Peut-être quarante, pour moi ? Il fallait remonter au temps de notre petite enfance, lorsque papa était vivant qu?elle nous baignait tous les trois ensemble. La salle de bains, qui avait ses propres lois, indépendantes du reste de la maison, nous permetttait de constater que maman était une femme, bien avant que nous puissions comprendre ce que ce mot voulait dire.
En contemplant ainsi le dos nu de maman, nous tous trois l'impression de commettre un sacrilège, à l'invitation même de celle que nous profanions.

? Mes enfants, je veux que vous écriviez sur mon dos.
? Qu?est-ce que tu racontes, maman ? Qu'est ce que c'est que cette histoire ?
Giorgio s'énervait un peu. De nous trois, c'était lui qui avait toujours eu le plus de mal à rentrer dans le monde complexe de maman. De nous trois, c?était lui qui aimait le moins s?écarter des chemins tracés, de tout ce qu?on peut mesurer et peser au millimètre et au gramme près.
Elle ne se formalisa pas, pas un muscle de son dos nu ne tressaillit et elle répondit d'un ton égal, autant pour nous tous, y compris elle, que pour mon frère.
? Je veux que vous écriviez sur mon dos ce que vous pensez de moi. En une phrase de pas plus de dix mots.
Je fus sur le point de me signer, chose que je n'avais pas faite depuis ma puberté.

J?avais envie de m?agenouiller et de prier Dieu pour qu?il chasse le faune sacrilège, le bouc païen qui avait pris possession de maman.
D?un ton sentencieux, Giorgio articula, en détachant mes mots, comme si c?était lui le parent et maman l?enfant.
? On n?écrit pas sur le dos de sa mère. Ça ne se fait pas. Ce serait comme si...
J?étais sûr qu?il allait dire ?comme si je te faisais pipi dessus?, mais il ne voulut pas prononcer ces mots et ajouter l?insulte au blasphème
Maman répondit tranquillement :
? Et pourtant, tu le feras.
Les défenses tombèrent d?un coup de son visage et il sembla admettre qu?elle avait raison.
? Et pourtant, je le ferai.
? Parce qut tu en meurs d?envie.
Elle avait raison d?affirmer cela à mon frère. À présent, un élan dévorant me prenait, de couvrir le corps de maman de ronds et de croix, de jouer au morpion sur sa peau, d?y dessiner des portes et des fenêtres, ou un garage. Mais je n?avais droit qu?à une phrase de moins de dix mots.

Maman nous tournait toujours le dos, nous montrant le côté de son corps qui ne nous avait pas porté, Rosa, Giorgio et moi.
La main de Rosa se pliait et se dépliait, s?ouvrait et se refermait comme une anémone de mer. Elle était la plus jeune, la seule encore au-dessous de quarante ans, et, malgré ses rondeurs, très peu atteinte par l?âge, son visage se creusant même souvent de fossettes enfantines.
? Maintenant, maman ?
? Oui, Rosa. Maintenant. Pourquoi attendre ? Maintenant que c?est dit, ça doit être fait.
Elle laissa passer quelques secondes avant d?ajouter.:
? Et soyez sincères. Même si vous avez envie de mettre une insulte, n?hésitez pas à le faire. Je ne vous en tiendrai pas rigueur.
Rosa faillit éclater d'un rire nerveux.
? Et comment tu feras pour lire ce qu'on aura marqué ?
Maman changea légèrement de ton pour s'adresser à ma s?ur cadette, son intonation se chargea d?une sorte de résonance intime, comme si ce qu'elle allait dire ne pouvait être compris qu'entre femmes.
? Je ne le lirai pas, jamais. Ce soir, je le laverai. Mais vous, vous l'aurez écrit et vous vous en souviendrez toute votre vie.
? Mais pourquoi ce sac en papier sur ta tête ? Est-ce qu?il y a besoin d?une telle cérémonie ?
Maman répondit :
? Si vous pouviez voir mon regard ou les expressions de mon visage, vous en seriez forcément infuencé et votre texte ne serait pas le même. Il ressemblerait à un texte ordinaire et non à ce qu?on peut écrire sur le dos d?une mère aveugle et muette.
Et de son sac de pénitente qui recouvrait son visage, sembla s'échapper une incommensurable nappe, faite à part exactement égales d'un orgueil monstrueux et d?un total oubli de soi.

En tant qu'aîné, je passai le premier.
Rosa et Giorgio, ainsi que maman nous l'avait ordonné, me tournaient le dos pour ne pas me déconcentrer, et, entouré des dos, de mes frères et de celui de maman je fis face à la peau maternelle, approchant d'elle mon stylo feutre, millimètre par millimètre.
Ce fut la plus longue minute de toute mon existence.
Au bout de cette minute, j?écrivis simplement ?Maman, je t?aime mais tu en fais trop?.

Maman ne bougea toujours pas après que Giorgio, puis Rosa eurent fini d'écrire sur elle. À présent, notre mère était un livre. Aucun de nous trois n'avait lu les chapitres des deux autres. Maman nous avait demandé de les recouvrir de nos mains et de ne pas en prendre connaissance.Nous avions donc écrit notre phrase sans connaître celle des autres. Et elle même n?en lirait aucune.
C'était un drôle d?ouvrage un livre où chaque page était réservée à un lecteur différent.

Nous avions réusi à répondre sans faiblir à l?appel de maman et l'attitude même de son corps semblait nous approuver, comme si nous avions fait montre d'un grand courage, voire d?une inconscience qui appartient aux seuls tout petits enfants.
Nous prîmes congé le plus normalement du monde et saluèrent maman comme si nous avions passé un samedi ordinaire, à deviser des haras de Rosa, de l?école de Giorgio ou de mon magasin.
Maman ne bougea pas d?un centimètre pour nous raccompagner. Elle demeura dans la même position mais nous fit signe de la main. Du dos de la main.

Aucun de nous trois ne posa la moindre question aux deux autres. Nous marchâmes plus lentement qu?à l'aller. Rosa semblait avoir minci et j?aurais juré que les cheveux de Giorgio étaient redevenus noirs.
En passant près du poirier, nous trouvâmes une poire tombée à terre, bien en évidence. Nous ne l?avions pas remarquée en entrant.
Elle portait un P élégant entouré d?un c?ur, tracé au feutre, l'initiale du prénom de maman, Paola.
Et sur l?autre face, ou peut-être sur son dos- mais comment savoir où se trouve le dos d?une poire ?- deux yeux et un sourire étaient dessinés.

Nous ne comptâmes pas les poires qui restaient sur l'arbre.
Au lieu de cela, Giorgio, Rosa et moin nous nous sourîmes d'un air entendu et nous dirigeâmes chacun de notre côté; vers la seconde moitié de notre vie, vers l?avenir qui nous dirait si nous avions été capables; comme le stipulait la légende familiale, de cueillir notre chance.
Mahatma Bandit

Hum... est dans le "silence sonore" de Saint-Jean de la Croix :)
Alors, bonnes vacances à tout le monde.
isa

wow, ça rameute un troupeau de souvenirs !!
deux choses très rapidement, d'abord cette nouvelle version me paraît superbe, plus maîtrisée (je crois, hein, il faut que j'aille relire l'ancienne) plus "profonde"...
et en te lisant, j'ai aussi l'impression que ton recueil a une sorte de fil rouge non visible, mais je ne sais pas encore le définir, j'essaierai...

(et alleeeeeeeeeeez poste-la, l'autre, hein, hein?)
(allez "vaï", comme on dit chez moi)

:note:

0 appréciations
Hors-ligne

Je viens de lire cette nouvelle avant de fermer l'ordinateur et d'aller tenter de dormir... C'est très différent de ce que tu nous offres depuis quelques temps! J'aime bien les mamans un peu "folles" comme dans la chanson de Sheller "Maman est folle" , car ce n'est pas une folie mais une fantaisie débridée. C'est très original. Merci, je vais tous les jours voir si quelqu'un a écrit quelque chose, moi je n'ai pas le temps pour le moment, j'espère que cela va renaître! Et bonne chance pour ton recueil de nouvelles que je me procure dès qu'il sort!
Merci à toi!

Très belle idée. Ca ferait presque un joli court-métrage. je ne sais aps purquoi je pesne à cela; Oui, cela me rappelle quelque chose cette nouvelle. Tu as encore réussi à bien croqué ces personnages en deux coups de stylo à pot

J'aime tout le potentiel symbolique que recèle ce poirier, sa légende, cet arbre de réunion, presque cet oracle fait de fruits...

A croquer!
Mahatma Bandit

Merci, ça fait plaisir de voir que vous êtes toujours là :)

Isa : elle est plus développée, aussi. J'écris des nouvelles presque deux fois plus longues qu'avant. Résultat : pour ne pas faire exploser mes frais d'impression-reliure-envoi, j'ai dû en enlever six du receuil Mais du coup, ça m'a obligé à être sélectif et plus dense.
Oui, le fil rouge, il y en a un, pas évident à formuler en mots, mais au moins je sais qu'il existe.

Christiane : Je précise que ce n'est pas du tout autobiographique, ma maman est beaucoup plus simple :) En tout cas, sa complication n'est pas théatrale.
Je me demande d'ailleurs de quel recoin de mes sous-océans peut bien débouler une femme pareille.
Hum, pour la sortie du recueil, il va déjà falloir qu'il trouve l'entrée...

Flo : Je vois tout ce que j'écris, donc pour moi ce sont des petits films dont je retranscris la narration.
Et puis, j'aime bien l'idée de revaloriser l'image de la poire, souvent associée à des expressions et des comportements un peu neu-neu, alors que c'est un fruit gorgé de bonnes choses.


Hé, Steph !

"quelqu'un" parle de toi en bien là :

[lien]
isa

Plus je lis l'article que tu cites, plus je sais pour quelles raisons j'aime vraiment beaucoup Steph...

va sur mon blog isa, je te cites aussi en fin d'article
isa

je parlais de l'article que tu cites ici, dans ton message de 14.32

yes! j'avais compris. Bien sûr que j'ai aussi compris ta réponse. Et y adhère.

Mais par ailleurs, je te disais que je te citais dans mon dernier article sur mon blog, et t'y invitais à aller voir. Tout autre chose....
Mahatma Bandit

Youhouuu ! J'ai terminé mon recueil de nouvelles à 16 h 59 :champ:
Je travaillais dessus depuis le 13 avril.
Maintenant, les cahiers au feu et les profs au milieu

0 appréciations
Hors-ligne

Youpie!!!Joie et délivrance....
Mahatma Bandit

Merci Christiane.
Tu connais les joies des vérificateurs des traitements de texte ?
C'est une inépuisable source de rigolade.
Par exemple, j'ai une phrase qui parle d'une "bouffée de reconnaissance".
Alors, lui, il me signale "bouffée" et il me sort "expression familière. Remplacez par mangée"
Il ne m'en faut pas beaucoup mais ça me fait la journée un truc pareil :)

Je reviens ce soir sur ton texte, il y a des choses à en dire, really et mon "really" a un sens, voir plus tard.

0 appréciations
Hors-ligne
Oui, les v?rificateurs de traitements de textes sont parfois d?sopilants ou ? c?t? de la plaque. Cela a quelque chose de rassurant...Nous en avons besoin surtout pour une premi?re v?rification orthographique ou grammaticale, mais nous, nous ne sommes pas des robots! "Enfin, rien n'est parfait, soupira le renard"...
Ne t'occupe pas de mon texte, c'?tait juste ? cause de ce que Flo a ?crit sur Panta Rei, j'ai retrouv? une ?bauche sur ce sujet et l'ai rapidement compl?t?e...Rien de rare.
Bonne soir?e! Et bon amusement...

Derni?re modification le 25-06-2009 ? 22:42:42

0 appréciations
Hors-ligne
En vacances jusqu'à la semaine prochaine, vite un coucou pour vous dire que je vous lis épisodiquement, mais que vous êtes ombres silencieuses à mes coté " à la journée longue ", comme on dit dans le Grand Nord.
Merci Chris pour tes nouvelles, quel plaisir ! Et félicitations Stèph ! faut célébrer ; vous venez ?? :champ:
CC

0 appréciations
Hors-ligne
Merci Lise! Bonnes vacances! Pense à toi!
Mahatma Bandit

Coucou Lise, toi qui comptes souvent en mots, j'en ai 52.685.
303.610 caractères (parfois de cochon).
Et voilà, pierre ou poussière, sur un petit nuage ou en plein carnage, on verra, mais au moins, ça a le mérite d'exister.
Mahatma Bandit

Contrairement à mon habitude, je pense faire une petite lettre d'intro, un genre de quatrième de couverture développée.
Pourriez-vous me donner votre avis et me dire si ça vous donne envie de lire le recueil ou si, à la fin de la lecture, on vous retrouve prondément endormies, tellement c'est chiant ?
Merci beaucoup d'avance.

**********


Les héroïnes de ce recueil ne permettent pas qu'on les oublie.
Jeunes, vieilles, françaises, étrangères, d'ici ou d'ailleurs, de ce temps ou d'un autre, elles décident un jour de marquer à jamais la vie de leur entourage, de toujours ou de passage.
Ilse tente de convaincre Bastien et Séverin combien son père, le standartenfurher Grabs qu'ils s'apprêtent à tuer, est un homme bon. Soledad envoie son petit-fils en Andalousie, à la recherche de son premier amour du temps de la guerre civile. Djalila se jette dans les bras d'un homme qui caresse la photo d'une autre. Louise s'excuse enfin auprès d'Yvan d'être partie sans rien dire quinze ans plus tôt. Hermine fait payer très cher à son père une injustice, avant même qu'elle soit commise. Valentina, violoniste russe mondialement connue explique, au crépuscule de sa vie, la théorie de l'oreille de Van Gogh à un jeune journaliste. Waafa va peut-être enfin cesser d'attendre que Nourredine revienne de l'autre côté de la Méditerrannée. Sous le regard d'un cerf, Apolline et Eva courent jusqu'à l'épuisement à travers la forêt pour mériter l'amitié de Daphné.
Souvent plus proches de Lilith que d'Eve, elles n'ont qu'une idée en tête : jouer à la vie. À tort ou à raison. Pour des grandes ou pour des petites causes. Pour ne pas être oubliées et pour ne pas s'oublier, car elles pensent, comme Gaston Bachelard, que le sommeil est le plus souvent une chute.
isa

Je dois dire que ça change très agréablement de la soupe qu'il y a souvent en quatrième de couverture...
Tout en restant très court et concis, donc il n'y a pas le problème que ce soit trop dérangeant pour les habitudes d'édition etc. Donc, oui, pour moi je trouve ça excellent comme présentation, Steph, et attirant parce que tout ce qui propose de montrer comment un héros change son environnement est très tentant.

0 appréciations
Hors-ligne

Tout à fait d'accord avec Isa, qui le dit mieux que je ne le pourrais! Pour moi, tout simplement, cela donne envie de connaître la suite et dès l'abord les personnages sont une invite à poursuivre!
Mahatma Bandit

Merci Isa et Christiane, c'est devenu trrrrès dur de publier (je vois la différence par rapport à il y a 15 ans, maintenant c'est comme grimper le Mont Ventoux à vélo par rapport à se balader sur le front de mer avant)
donc j'essaye de faire un genre d'accroche.
Ce sera une petite feuille d'intro. Et la fin du message d'isa me montre que j'ai réussi à faire comprendre qu'il s'agit de ça : changement. Le pouvoir de changer les choses en soi et autour de soi.
Merci à vous.
Mahatma Bandit

Malgré que cette histoire de pouvoir de changement est une authentique clé du recueil, mon accroche est aussi une présentation un peu putassière, je le dis sans détour, parce que si effectivement, dans certaines nouvelles, on est immergé dans un point de vue féminin, dans pas mal d'autres, même si ce sont toujours nettement des héroïnes qui soit mênent la danse soit tirent les héros par leur existence, il y a quand même beaucoup de narrateurs masculins et de regard masculin.
Mais bon, j'essaie de mettre en relief un angle de lecture, pour allumer la curiosité, pour éviter ou tenter d'éviter que mon manuscrit finisse aux chiottes à la troisième ligne lue. Pour qu'au moins on LISE ces putains de textes, quoi qu'on en fasse ensuite.

0 appréciations
Hors-ligne
Ho! Ne te décourage pas, Stef! Tes textes sont beaux, originaux, apportent du rêve, de la réflexion, mais en restant accessibles, et merci de les avoir écrits! Non, à la troisième ligne, ON VEUT CONNAITRE LA SUITE!
Pour le reste je n'y connais rien en édition, donc je te souhaite persévérance, confiance, et je suis avec toi en pensée! Je veux que cela marche, et tu verras, cela sera bien accueilli , j'attends cela avec joie!
Mahatma Bandit

Que c'est agréable à lire, Christiane, ça donne envie de continuer :) Merci.

Pour résumer, tu vois, les réponses négatives ne me font pas peur, quelqu'un peut très bien me casser en douze en me démontrant que j'ai écrit avec les pieds, et qu'il va m'inviter au prochain dîner de cons , je ne dis pas que je serai de bonne humeur pour le reste de la journée, mais ça ne m'affectera pas du tout en profondeur.
Par contre, le silence, le rien, la lettre-type, l'administratif, me terrifient.
Je me demande si pour moi, le Mal n'aurait pas un visage neutre...
isa

Pour moi aussi, exactement la même chose. Ou presque (la violence physique ou morale exercée sur un être est également très difficile à supporter).
Le silence, l'indifférence, la non réponse, le déni, la reconstruction du passé, ce sont les phénomènes que je trouve les plus épouvantables de... notre société (du moins si c'est vraiment une caractéristique de notre société, si ça n'a pas toujours existé). En tout cas, les plus épouvantables tout courts.
Je pense que je pourrais faire face à beaucoup de choses, mais ces trois choses-là : la non-réaction, la reconstruction du passé en éradiquant ce qui gêne, et le déni, qui prétend que quelque chose n'existe pas, je ne peux vraiment pas.

Pardon, je généralisais à partir de tes réflexions, alors que tu es seulement angoissé par rapport à tes nouvelles.
J'envoie plein d'ondes positives pour elles.

0 appréciations
Hors-ligne
J'aime beaucoup ton idée d'accroche. Puis, tu sais, il y a de plus en plus de maisons d'éditions qui publient en nouvelles.

Essaie peut-être de joindre à titre personnel des gens de mots compte double? (le blog) mais je pense qu'il FAUT que tu essaie d'envoyer à quadrature, même si précédemment, ils t'ont déjà refusé. ce recueil n'est aps un autre. Et pour avoir lu d'autre recueil de cette maison d'édition, tu es à la hauteur de leurs envies.

les nouvelles de Gaëlle Pingeault que j'ai lue chez eux, dégagent aussi cette idée positive, même si le style autant que le propos sont différents. Elle est française. N'avais jamais été publiée avant.. Bref, essaye là...
Mahatma Bandit

Isa : non, tu as raison, c'est très "extrapolable", bien au-delà du contexte de mon recueil.
Je pense que ça a toujours existé, ce qui n'est d'ailleurs en aucun cas une excuse. Le successeur de la grande Hatchepsout (Nouvel empire égyptien, circa - 1550) tenta de faire marteler son nom partout où il était gravé, afin qu'elle disparaisse des mémoires. Las ! 3500 ans plus tard, on se souvient beaucoup plus d'elle que de lui :)

Flo : Sur d'excellents conseils, j'ai (un peu) épuré la dite accroche, c'est plus l'époque de Twitter que celle de "La légendes des siècles"
Quadrature est en effet en très bonne place dans ma première vague d'envois.

Merci. Je vous emporte un peu dans ces envois.
Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Nouvelles ( Atelier).

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 80 autres membres