Oiseaux d'hiver - 4. Les œufs qui nous couvent

1 appréciations
Hors-ligne
...avec l'impression que l'écho de leur voix ressemblait aux voix des animaux et des oiseaux
- Jim Harrison, Dalva

Leyla McCalla, Little Sparrow :



Oiseaux d'hiver
4. Les œufs qui nous couvent


quelque part sur ce continent*
un loup
un petit loup te dis-je

la mer adoucit la voix de Luludja
un peu perçante 
elle la force pour que ses mots franchissent
le mur fin des particules qui viennent parfois boucher nos oreilles

avant c'étaient des gens
ils sont tous là
il ne manque personne
si on avait beaucoup de temps
on pourrait essayer de les reconstituer

n'essaie pas, m'avertit Luludja
en cas d'erreur ils se plaindraient
sais-tu que dans tes oreilles
il y a peut-être à cette seconde même
les fragments de toute une famille ?

et si c'était une famille désunie
peut-être qu'ils n'ont pas envie de se reconstituer 

Luludja a ce genre d'humour
quand je suis sur le point de pleurer elle sait s'arrêter

un jour c'est promis
ajoute-t-elle en montrant l'horizon
il y aura de nouveau des poissons
si nombreux qu'ils mordront les vagues
pour jouer
ensemble on rira de toute cette vie
c'est promis
notre petit loup sur mon sein

je le serrerai si fort
avec tant d'amour
que de loin on croira que c'est moi qui hurle à la lune

pour le moment le loup
c'est l'usine qui retraite les corps des gens
il en sort un son roulant
et nous picorons en rythme
les quelques minuscules boules de chair
qui tombent parfois du nuage

un loup ne vole pas
regrette Luliudja
tant pis
nous resterons longtemps ici
à couver la terre et la mer

Elle danse encore et toujours
pour moi
seulement pour moi
       il n'y a que moi
elle danse toujours avant de pondre
et quand le soleil parvient à franchir le nuage
ses plumes semblent prendre feu

sans doute le petit dieu qui régnait
sur un des arbres encore debout
nous a offert ces pattes
nous a offert ce bec
nous a offerts ces yeux
et pas grand-chose entre les deux

mais nous vivons

nous a offert ces œufs
qui sortent sans cesse de nos nouveaux corps ouverts sur les côtés
à flanc de courants d'air
évidés
artistes souples et légers
facilement nourris
toujours contents
pas très exigeants

un jour c'est promis
nous serons de nouveau nombreux
serrés l'un contre l'autre
nous nous aimons plusieurs heures par jour devant la mer vide
sans oublier de remercier les cendres des nôtres
qui nous traversent

un loup n'a pas d'ailes
regrette Luludja
tant pis
nous ne partirons pas
avant d'avoir recouvert la lande de millions d'œufs
avant d'avoir vu éclore le premier
et de l'emporter
à l'intérieur des terres




*cf => Au beau milieu de la nuit du contre-printemps =>Neuvième visage de la fleur de pissenlit


Dernière modification le jeudi 21 Décembre 2017 à 02:41:30
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres