Oiseaux d'hiver - 5. Chanson pour ceux qui sont nés à la fin

1 appréciations
Hors-ligne
Dehors il fait chaud
des milliers d'oiseaux
s'envolent sans effort

Trois voix, une chanson :



Oiseaux d'hiver.
5.Chanson pour ceux qui sont nés après la fin


Il était une chanson
qu'on appelait la fleur
à l'aube s'ouvrait
à la nuit se refermait

il était une chanson
au départ
au départ
moi je sais c'est la première
pas du tout c'est le deuxième
mais non vous vous trompez tous les deux
ni l'une ni l'autre mais le troisième
il est une chanson
plus personne ne sait qui l'a commencée

il est une chanson
qui dure si longtemps
qu'il faut être nombreux pour la chanter
sans tomber

et plus personne ne se souvient du début

à la nuit s'ouvrait
à l'aube se refermait

Les grands rassemblements interdits. Les grands rassemblements obligatoires. Ceux qui
n'ont tout simplement pas lieu parce que personne n'y pense.
La grande plaine du stade se mettait à monter comme les pentes du Mont Olympe, nous versait sur les anges et on s'y brisait le cœur contre leur cœur. Leurs ailes qui souffraient. Leurs bouches qui s'ouvraient sur les nôtres.
Et nous aimions ces anges parce que nous savions qu'à leur manière, ils étaient aussi désespérés que nous.

et dans l'ombre
un œil nous comptait
nous triait
nous rangeait en catégories
alors les anges se passaient la chanson
d'un coup sans prévenir
au beau milieu d'une phrase
une autre voix

pendant que l'une la chantait
l'œil d'ombre observait l'autre
se chargeait de lui
et la chanson pouvait continuer
quand même

à l'aube se ferme
à la nuit se ferme

Un chœur secouait les barreaux. Pas tous visibles, faits des phrases rondes et persuasives
de ceux qui savaient ce qui est bon pour nous et qui nous avaient amenés là. Englués. Tout comme les anges,
pas plus libres que nous.

Un chœur d'innocents qui semblait former une vague. Ceux qui tombaient, ceux qui se levaient pour les remplacer, ceux qui vacillaient, confiaient leur corps aux anges sur la scène, s'appuyaient contre leurs ailes.
De plus en plus rapidement, les anges se passaient la chanson, à présent de mot en mot elle changeait de voix.
C'était beau, c'était si beau que certains des morts se redressèrent sur leurs coudes pour écouter.

Et soudain, les anges étendirent leurs ailes au-dessus de nous tous.

nous sommes sortis en ordre
les anges étaient tous morts
mais parmi nous il ne manquait personne
il y en avait même quelques uns en trop
nés après la fin
tout jeunes
tout frais
pas encore répertoriés par l'œil

nous les avons cachés
ils marchaient à peine
et ils chantaient déjà

il sera une chanson
qu'on appellera la fleur
à la nuit s'ouvrira
à l'aube s'ouvrira




Dernière modification le dimanche 25 Février 2018 à 12:18:50
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres