Premier chant de la comète

1 appréciations
Hors-ligne
Reine des eaux écumeuses, qui exhale de douces baleines autour de la terre en poussant les longs flots sur les rivages pierreux, qui se réjouit des nefs, qui nourrit les bêtes marines et qui a des chemins humides.
(Hymne orphique à Téthys, Trad. Leconte de Lisle)




Premier chant de la comète



têtes levées vers le ciel
faunes
nymphes
et néréides
frappent un même rythme sur le sol et l'eau
flaques cailloux et vagues tremblent
d'une même peur joyeuse

l'astre qui tombe pendant que la joie monte
n'est pas quelque chose
mais quelqu'un

ô astre
ô mon amante aux longs cheveux de glace
la Terre est une flûte
souffle dedans et meurs
fais la chanter et meurs avec elle
et à la première seconde de ta nouvelle vie
saute du ciel en marche

mains en coupe vers la terre ou l'eau
faunes
nymphes
et néréides
s'échangent de main en main
grains de grands mystères et perles de petits mystères

il en est un
pas plus grand qu'une noix
qui révèle
lorsqu'on en a cassé la coque
que l'univers est une sphère
une fleur une lune
peut-être même un simple prénom
rien qu'un ornement attaché à un collier
noué de toute éternité autour du cou d'une jeune femme
pour être heureux se nourrir et croître
il lui suffit d'effleurer le haut de ses seins

ô astre
ils ont versé en libation pour toi
tout un océan sur l'autel
mais toi tu as soif de ce qui est petit
ô danseuse qui tombe du ciel et crie pour qu'on la rattrape

faunes et nymphes frappent le sol
néréides et hippocampes frappent l'eau
sèment et moissonnent et sèment
la lèvre de la terre touche presque la lèvre du ciel

écoute
nage
regarde le continent et grandis
dit-elle sans perdre le chant ni la cadence
malgré l'eau qu'elle avale avec nous

regarde le ciel
il est si proche à présent qu'on croirait pouvoir le caresser
et regarde la terre comme elle s'élève
écoute ce qui va parler
il y avait bien longtemps
qu'on n'avait pas vu une montagne
sourire si près du soleil

comme nous
un jour la déesse s'est égarée
tombée parmi les forces qui tirent et poussent à la fois
alors
pour rendre le chaos intelligible et retrouver sa souplesse
après s'être relevée puis époussetée
elle a tendu des cordes sur une carapace de tortue
et commencé à jouer*



*cf Le jardin que ma fleur cherchait <===  Audible  <===lL'évasion aux clefs de lune  <=== L'astre qui voulait murmurer <===Onzième corps de la chouette <=== *vous êtes ici* 

Dernière modification le mercredi 28 Février 2018 à 16:51:51
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

0 appréciations
Hors-ligne
incantation, toujours ce retour au primordial divinatoire, cosmogonie étourdissante...

1 appréciations
Hors-ligne
Infinime.
Remercie pour la lumière du jour
pour ta vie et ta force
-Tecumseh, chef Shawnee


*
Avatar : Déesse Epona, bois de chêne, alliage cuivreux, tôle d'argent et pâte de verre, Ier-IIème siècle, Saint Valérien, Bourgogne (actuelle Yonne)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres